Su servidor no soporta flash players o javascripts, use por favor cualquiera de los siguientes links

Le direct Pop Up

Top Congo online

Une Opposition unie et recomposée reçue par Nikki Haley

« Chez Nikki Halley, nous avons défendu notre point de vue », a dit à TOP CONGO FM, Ève Bazaïba, por…

Read more

L'agriculture, facteur clé de l'industrialisation de la RDC

Écrit par Rédaction en ligne. Publié dans Actualité

En ouverture de la 3ème édition du Makutano, le président de la FEC a fait un plaidoyer en faveur de la priorité de développer l'agriculture.

Cela passe par son industrialisation, estime Albert Yuma, qui regrette que le saut qualitatif n'ait pas été fait dans ce secteur du fait, "malheureusement du manque d'intérêt de nos dirigeants..., au profit du secteur minier".

Cela "aurait pu être source de notre développement", regrette Albert Yuma. 

  
Le président de la FEC (Federation des Entreprises du Congo) regrette que "lorsque les ressources le permettaient, notre pays ne se soient pas inscrits dans la révolution verte, alors que pourtant le potentiel est là". 
  
Même si les fondamentaux ne sont pas réunis, "nous n'avons pas d'autres choix que l'industrialisation", insiste Albert Yuma face à l'effet néfaste de l'exode rural qui cause désormais de sérieux soucis et qui "n'aura pas d'effet contraire". 


La RDC mieux que la Corée du Sud, en 1961. 
  
Notre pays avait un très beau développement agricole et manufacturier, s'indigne le patron des patrons congolais. 
  
Plus industrialisée en 1961 que la Corée du Sud, la question des efforts de développement de l'industrie manufacturière doit aussi être la clef pour la RDC, comme moteur de beaucoup d'économies partout dans le monde, car "il est le plus facile à réaliser", estime Albert Yuma. 
  
Avec un effort "dans la corrélation de la production et celle de la demande", que la RDC fasse que la demande consomme l'offre de production nationale". 

S'il n'en est pas ainsi, l'effet en sera nul. 
  
Le premier objectif de l'industrialisation de la RDC devrait ainsi être "la couverture des besoins de la population locale" en substitution des importations. 
  
Il faudrait donc, selon Albert Yuma "pouvoir définir des techniques de production utilisant beaucoup de main d'œuvre et peu d'inputs". 


Revoir les partenariats miniers. 
  
Avec une économie basée jusqu'ici sur les mines, "elle n'est malheureusement pas la solution à l'industrialisation du pays même si la RDC a cette chance d'avoir (ainsi) accès à des devises" .
 
Albert Yuma estimé qu'il faut orienter les efforts vers la sous traitance locale (moins de 10% à ce jour), afin que même s'il ne résoudra pas le problème du chômage, il l'atténue. 
  
Aussi président du conseil d'administration de la GECAMINES, Albert Yuma prône de recentrer les efforts et stratégies car "la Gecamines n'a pas touché un dollar de dividendes de tous les partenariats conclus depuis 15 ans".

Face à Face Vidéo

Twitter Christian Lusakueno

FACE À FACE VIDEO

Top Presse