Le Rassemblement/Limete confirme ses appels aux journées ville morte

"Nous commençons les actions de terrain à partir du 8 aout. Nous avons décrété, dans notre feuille de route, 2 journées villes mortes. Par la suite, il y a d’autres actions qui sont prévues", annonce à TOP CONGO FM, Christophe Lutundula, cadre du Rassemb lement/Limete.

Pour lui, "la sensibilisation, le réveil de conscience et l’engagement de nos compatriotes à l’intérieur comme à l’extérieur du pays" sont la première étape d’une série d’actions contenues dans cette feuille de route. 

Taclant la CENI, Christophe Lutundula estime que toutes les contraintes soulevées par la CENI pour ne pas organiser les élections ne tiennent pas.

"La CENI n’a pas raison. Rien n’autorise le renvoi sine die des élections. En cas de force majeur, c’est le réajustement des séquences électorales qui est prévu et non le report. Et ce, s’il n’est plus possible de faire les trois à la fois".


De l'utilité des villes mortes.

Le ministre du développement rural, Justin Bitakwira, est d’avis qu’il "faut 10 ou 20 ans pour organiser une ville morte réussie dans ce pays après la mort d’Etienne Tshisekedi".
 
Pour lui, "il faut d’abord enterrer le patriarche Etienne Tshisekedi. Ce que le Rassemblement fait, c’est de l’immoralité et un manque de respect aux morts".

Au lieu de faire des élections dans la précipitation dans ce pays, Justin Bitakwira estime qu'il "vaut mieux que les élections ne se tiennent jamais. Il faut tenir des élections qui doivent éviter le chaos à la République".

Et Justin Bitakwira de s’interroger, "comment aujourd’hui on peut se battre pour que la CENI publie le calendrier électoral alors qu’il n’y a pas encore de loi électorale?"

Il s'agit selon lui, ni plus ni moins que "de la mauvaise foi" de l'opposition car il faut avant tout d'une loi sur la répartition de sièges. 


Les pressions n'organiseront pas les élections (MP)

Le coordonnateur de la jeunesse de la MP souligne que "les pressions ne vont pas organiser les élections dans ce pays".       

Adam Chalwe rappelle que "le gouvernement mobilise les moyens pour permettre à la CENI de constituer le corps électoral. La Majorité présidentielle recherche les élections dans ce pays pour gérer seule et mettre en œuvre notre projet de société".

Et rappelle que la situation actuelle ne fait pas l'affaire de la majorité présidentielle, "alors que nous avons un Premier ministre de l’Opposition et plus de 46% de postes ministériels donnés aux opposants qui ont perdu les élections de 2011. 
Cette situation ne nous arrange pas
".   


Barick Bwematelwa

Face à Face Vidéo

Twitter Christian Lusakueno

Calebasse des pensées

Bakulutu

Face à Face

Top Sports

Parlons-en

Top Dedicaces

Le Debat

Top Matin

FACE À FACE VIDEO

Top Presse